Inde 2005

PROJET "RAGA FUSION"

La genèse du projet
Lauréat "Villa Médicis Hors les Murs" de l'AFAA en 2005, le batteur et percussionniste Ahmad Compaoré séjourna 4 mois à Pondichéry (Inde) pour un apprentissage du tabla auprès du maître tabliste Sree Debasish Dass. Le projet RAGA FUSION est né de la volonté de ces deux musiciens percussionnistes de mettre en commun leurs connaissances et expériences personnelles. D'une part, le batteur marseillais est investi dans différents groupes de musique fusion et souhaite développer des échanges culturels avec l'Inde où la percussion tient une place privilégiée et la musique prend sa source dans la spiritualité. D'autre part, Debasish Dass est un véritable maître de la musique classique indienne qui souhaite intégrer d'autres styles et des influences extérieures pour un enrichissement des ragas. C'est de ce métissage des genres, de cette volonté des différentes formations engagées et de ce désir d'aller encore plus loin que le projet RAGA FUSION est né.

La tradition musicale
La musique classique indienne, ancienne de plus de 5000 ans, continue d’évoluer comme partie intégrante de la culture indienne depuis des siècles. Elle est basée sur la théorie des ragas (cadre mélodique constitué d'une échelle de notes, de phrases musicales l'identifiant, et associé à un sentiment). Les caractéristiques de ces formes musicales - telles que les intervalles tonaux, les harmonies et les schémas rythmiques - sont le fruit d'une tradition enrichie d'influences extérieures. Elles sont aussi très différentes de celles que connaît l'Occident. C'est cette différence qui a attiré Ahmad Compaoré, doublée du désir de découvrir de nouveaux horizons musicaux sous la guidance d'un maître des tablas issu d'une longue lignée de musiciens traditionnels. La quête spirituelle est indissociable de la religion hindoue, la musique classique indienne étant d’origine divine : c'est par le son que le dieu Brahmâ a créé l'univers. En Inde, la musique a toujours eu une double vocation : l'une destinée au temple et aux dieux, l'autre réservée au divertissement et aux démons. Pour la plus grande partie, elle évoque les légendes et célèbre les cycles saisonniers de la nature. Les divinités indiennes sont de grands musiciens : Shiva jouant du tambour damaru, Krishna jouant de la flûte, Sarasvatî associée à la vînâ, etc. L'apprentissage d’Ahmad Compaoré auprès d'un maître, lui-même formé par un des plus grands gourous du siècle dernier, Pandit Jnan Prakash, permettra son incursion dans la culture indienne, qui resterait incomplète sans l'appréhension de cette dimension spirituelle.

Description
• Apprentissage du tabla : appropriation des techniques pour créer un style propre, guidé par un maître
• Recherche sur les différents modes d'écriture musicale, dynamiques, tons, timbres, etc.
• Élaboration d'un répertoire original, fondé sur les techniques de développement de la créativité
• Projet d'ateliers d'éveil musical dans les écoles à Pondichéry, basé sur les percussions, en partenariat avec l'Alliance Française

Calendrier
Résidence de création à Pondichéry de février à juin 2005.